Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé de Janos Frühling

(Séance du 24 avril 2004)

QUO VADIS MÉDECINE BELGE ? LE DIVORCE ENTRE LA SOCIÉTÉ ET LE MONDE MÉDICAL   

par J. FRÜHLING, membre titulaire.

Depuis un quart de siècle environ, les changements de nos structures socio-économiques ont détruit les valeurs de référence établies, qui ont régi la vie de la société occidentale et indirectement l’activité du corps médical.  Ceci a provoqué, à l’aube du 21ème siècle e.a. dans notre société post-industrielle de « mobilité et de communication », un divorce entre la société civile dans le sens large et le monde médical, dont les conséquences sont imprévisibles et constituent un danger pour toute la société ; bien qu’actuellement la médecine belge, et les soins qu’elle offre aux citoyens se situe encore à un niveau nettement élevé à l’échelon mondial.

Cette communication reprendra brièvement quelques faits significatifs qui ont provoqué ce divorce et en fournira l’analyse étiologique, sociologique, économique et psychologique.  Les faits suivants doivent être retenus à cet égard : la législation récente sur le droit des patients, la dépersonnalisation de la profession médicale, le mauvais numerus clausus, la rage législative discordante des derniers gouvernements, l’étouffement économique du travail médical de qualité, les mesures bureaucratiques inextricables, le juridisme procédurier, le comportant irresponsable et anti-médical des médias, la revalorisation irresponsable des médecines parallèles et l’attaque ouverte contre certaines organisations médicales.  Il faut intervenir pour que ce processus de divorce s’arrête, car rendre sa dignité et son rôle réel à la profession médicale n’est pas un problème budgétaire, mais celui du bon sens, de culture de société et d’humanisme.    

______________________