Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé de Pierre Vanderhaeghen

(Séance du 31 janvier 2004)

MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA GENÈSE DE LA CONNECTIVITÉ NEURONALE AU COURS DU DÉVELOPPEMENT DU CORTEX CÉRÉBRAL   

par P. VANDERHAEGHEN (ULB), invité.   

Le cortex cérébral constitue l’une des structures les plus évoluées de notre cerveau.  En corrélation avec ses fonctions élaborées, il se caractérise par la grande complexité de ses connexions neuronales, mais les mécanismes responsables de la genèse de ces connexions restent mal connus.   

Nous avons récemment initié la caractérisation d’une nouvelle famille multigénique de facteurs de guidance axonale, les ephrines et leurs récepteurs.  Eph, au cours du développement des connexions neuronales du cortex chez la souris.  La combinaison d’études de profil d’expression, de tests in vitro de guidance axonale, et d’analyse in vivo anatomique et fonctionnelle de souris transgéniques déficientes en ephrines nous a permis de démontrer le rôle déterminant de ces facteurs dans le développement de la connectivité corticale.  Ainsi, les souris mutantes pour certains gènes ephrines/Eph présentent une distorsion topographique de la carte de représentation somatosensorielle (homologue de « l’homunculus de Penfield » chez l’homme), ainsi qu’un trouble de la spécificité d’innervation des aires corticales caractérisé par des projections ectopiques du système moteur vers le cortex somatosensoriel.

Ces données ne remettent bien sûr pas en cause l’influence déterminante de l’environnement sur le développement cérébral, mais elles identifient des facteurs d’un autre type, intrinsèques et liés à nos gènes, qui agissent de concert pour façonner les connexions du cerveau et par là son fonctionnement.

L’identification de facteurs comme les éphrines capables de (re)spécifier le profil des connexions neuronales a ainsi des implications quant à notre compréhension du développement cérébral pathologique (épilepsie, mouvements anormaux, maladies neuropsychiatriques) mais aussi dans la perspective de mise au point rationnelle de thérapies cellulaires des troubles neurodégénératifs.    

______________________