Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé de Philippe Martiat

(Séance du 16 juillet 2005)

LA GREFFE DE MOELLE OSSEUSE : ÉVOLUTION DU CONCEPT DANS LES VINGT-CINQ DERNIÈRES ANNÉES

par Ph. MARTIAT (ULB), invité.

Initialement conçue comme remplacement d’une moelle malade, que l’on détruirait par la chimio-radiothérapie, et qui servirait à reconstituer l’hématopoïèse, le concept a évolué vers le remplacement du système immunitaire tolérant à une tumeur, par un autre système immunitaire neuf, capable de rejeter les cellules malignes résiduelles.

A partir de ce moment, plusieurs voies de recherches ont émergé : comment accentuer l’effet anti-tumoral du greffon, sans aggraver son effet délétère dirigé contre l’hôte ; comment diminuer la toxicité de cette approche pour l’appliquer à un plus grand nombre ; ce concept est-il valable pour des tumeurs solides dont l’origine n’est pas médullaire ; y-a-t-il une possibilité d’utiliser des donneurs non-HLA-identiques ; et enfin, peut-on renforcer l’effet aspécifique du greffon contre l’hôte et la tumeur, en ajoutant au greffon des lymphocytes anti-tumoraux spécifiques, générés ex-vivo)à partir des cellules non-tolérantes du donneur, ou en jouant sur le compartiment des cellules NK (Tueuses Naturelles).

__________________