Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé de Pierre Coulie (Séance du 21 décembre 2007)

OPPORTUNITÉS ET DÉFIS DE LA VACCINATION THÉRAPEUTIQUE

ANTI-TUMORALE

par P. COULIE (Institut de Duve, U.C.L.), invité.

L’objectif de la vaccination de patients cancéreux avec des antigènes spécifiques de tumeurs, reconnus par des lymphocytes T, est d’induire une réponse massive de lymphocytes T cytolytiques (CTL) anti-vaccinaux qui attaquent ensuite la tumeur. Les stratégies d’amélioration de ces vaccins sont donc basées sur les aspects quantitatifs de cette réponse T anti-vaccinale. Pour comprendre pourquoi ces vaccins ne sont cliniquement efficaces que chez environ 10 % des malades, nous avons analysé les réponses immunitaires anti-tumorales chez ces patients. Contrairement à ce que nous pensions, les réponses CTL anti-vaccinales sont très faibles. Par contre, les tumeurs qui régressent sont infiltrées d’un grand nombre d’autres CTL anti-tumoraux, parmi lesquels de nouveaux clones qui apparaissent après la vaccination. Le principal rôle des CTL anti-vaccinaux pourrait être de permettre l’activation ou la restimulation de nombreux autres lymphocytes T anti-tumoraux, et cette capacité est probablement beaucoup plus importante que leur nombre. Ces résultats ont des conséquences importantes sur le type d’amélioration qu’il convient d’apporter aux vaccins anti-tumoraux pour en augmenter l’efficacité clinique.

____________________