Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé de Yves Carlier (Séance du 29 septembre 2007)

MALADIE DE CHAGAS CONGÉNITALE : DU LABORATOIRE A LA SANTÉ PUBLIQUE

par Y. CARLIER (U.L.B.), correspondant.

Trypanosoma cruzi, le protozoaire agent de la maladie de Chagas, peut être transmis de la mère à son foetus. L’incidence de cette infection congénitale est estimée à un minimum de 15.000 cas par an en Amérique Latine. Son incidence dans les pays non endémiques (U.S.A., Europe, Japon…) n’est pas connue. Grâce à des études multidisciplinaires réalisées en Bolivie, il a été possible de préciser les caractéristiques épidémiologiques et cliniques de la maladie de Chagas congénitale. La voie transplacentaire, de même que certains des facteurs parasitaires (rôle des réinfections ou du génotype..) ou de l’hôte (capacité de réponse immune maternelle et du foetus/nouveau-né, notamment des cellules T CD8 cytotoxiques et de la production d’IFN-γ), impliqués dans la transmission materno-foetale de l’infection et le développement de la maladie de Chagas congénitale ont également été étudiés. L’ensemble de ces données a permis le développement d’une stratégie de contrôle de l’infection congénitale, validée par l’O.M.S. et en application dans différents pays latino-américains.

___________________