Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé de Jean-Paul Chapelle (Séance du 28 avril 2007)

ÉVALUATION MULTIPARAMÉTRIQUE DU RISQUE CARDIAQUE DANS LES SYNDROMES CORONARIENS AIGUS : INTÉRÊT DES MARQUEURS BIOLOGIQUES SANGUINS

par J.-P. CHAPELLE (U.Lg.), invité

Une évaluation adéquate du risque de complications cardiaques à court et moyen termes dans les syndromes coronariens aigus doit permettre de proposer à chaque patient le traitement le mieux adapté au degré de sévérité de la maladie.

Les peptides natriurétiques peuvent être mesurés dans le plasma par des méthodes immunologiques précises et rapides. Le Brain Natriuretic Peptide (BNP) est sécrété dans la circulation à partir du ventricule cardiaque en réponse aux tensions qui s’exercent sur les myocytes. Ce mécanisme est à la base de l’utilisation du BNP (ou de son précurseur, NT-proBNP) comme marqueur de l’insuffisance cardiaque. Récemment, il a été aussi démontré que les mesures de ces peptides améliorent de façon significative la stratification précoce du risque chez les patients présentant un syndrome coronarien aigu avec ou sans élévation du segment ST. Les dosages de BNP peuvent être associés au dosage des troponines cardiaques (par exemple la cTnT), ainsi qu’à celui de la Protéine C-Reactive (CRP).

Le taux de ces marqueurs biologiques reflètent des mécanismes physiopathologiques différents. Dans l’infarctus myocardique, l’élévation de la cTnT résulte de la nécrose tissulaire, tandis que les concentrations de BNP augmentent dans le sang en réponse à la surcharge ventriculaire gauche et que les taux de CRP sont corrélés à l’instabilité de la plaque d’athérome. Aussi, dans les atteintes coronariennes ischémiques, une stratégie consistant à combiner deux, voire trois de ces marqueurs biologiques, doit permettre une évaluation du risque plus efficace que l’utilisation isolée des marqueurs cardiaques classiques comme les troponines.

_______________________