Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé de Guillaume Wunsch (Séance du 26 septembre 2009)

UNE FÉCONDITÉ FÉMININE ET MASCULINE TROP TARDIVE ? 

EFFET DES ÂGES PARENTAUX A LA CONCEPTION SUR LA SANTÉ ET LA MORTALITÉ DES ENFANTS

par G. WUNSCH (U.C.L.), invité, et Mme C. GOURBIN, coll.   

Après avoir rappelé le fait que la fécondité maternelle et paternelle, et notamment l’âge moyen à la naissance du premier enfant, devient de plus en plus tardive dans l’ensemble des pays industrialisés, la communication examinera la relation entre âges parentaux à la conception d’une part et santé et mortalité des enfants d’autre part.  L’exposé se basera à la fois sur la bibliographie existante et sur les recherches des démographes de l’U.C.L. et de collègues étrangers effectuées à partir de larges bases de données nationales permettant de contrôler de nombreux facteurs de confusion.  On rappellera l’influence de l’âge de la mère à la conception  sur la mortalité et la morbidité de ses enfants et on montrera qu’un âge paternel tardif à la conception (en contrôlant l’âge maternel) a un impact statistiquement significatif sur la mortalité néonatale et sur la mortalité fœtale tardive, ainsi que sur le risque pour l’enfant de souffrir de certaines anomalies congénitales.  Il ne semble pas toutefois, à partir d’une étude canadienne, que des âges parentaux tardifs aient un effet majeur sur le développement ultérieur de l’enfant.

__________________