Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé de Serge N. Schiffmann (Séance du 5 septembre 2009)

MODIFICATIONS DES RÉSEAUX NEURONAUX PAR TRANSGENÈSE CONDITIONNELLE : UNE CLÉ POUR NOTRE COMPRÉHENSION DES PATHOLOGIES NEURO-PSYCHIATRIQUES DU SYSTÈME DES NOYAUX DE LA BASE

par S. SCHIFFMANN, MD., PhD. (U.L.B.), invité.  

Le striatum, premier relais du système des noyaux de la base, est impliqué de manière critique dans les fonctions motrices et les processus motivationnels. Le striatum dorsal est central pour le contrôle et l’apprentissage moteur et le striatum ventral ou noyau accumbens est essential pour la motivation, le système de la récompense et le renforcement par les drogues. Ce système est dysfonctionnel dans les pathologies extrapyramidales telles les maladies de Parkinson et de Huntington et dans des pathologies psychiatriques incluant les assuétudes aux drogues. Le striatum est constitué de deux populations de neurones de projection à l’origine de deux voies distinctes au sein du circuit des noyaux de la base; ainsi que de différentes populations d’interneurones. Ces deux populations de neurones efférents, les neurones striatopallidaux et striatonigraux, sont caractérisées par leurs sites de projection et leurs expressions différentielles en récepteurs de la dopamine et en neuropeptides. Leurs rôles dans le contrôle moteur et les processus motivationnels ainsi que dans les mécanismes de neuroadaptation dans les pathologies du système restent méconnus. Pour pouvoir identifier ces fonctions spécifiques, nous avons développé de nouveaux modèles animaux portant des “lésions” moléculaires ou cellulaires par une approche de transgénèse conditionnelle permettant de cibler une population spécifique de neurones. Par cette approche, nous avons démontré le rôle inhibiteur de la population de neurones striatopallidaux dans le contrôle moteur et dans le processus d’assuétude aux drogues, identifié de nouveaux gènes exprimés sélectivement par les neurones striatopallidaux et identifié le rôle potentiel de cette population de neurones dans les troubles déficitaires d’attention avec hyperactivité ou “attention-deficit hyperactivity disorder“ (ADHD).

_____________________