Académie royale de Médecine de Belgique

|

Lecture de M. le Pr Roland Hustinx

Lecture de M. le Pr Roland Hustinx, Service de Médecine nucléaire et d'Imagerie oncologique, Université de Liège, faite le 28 avril à l'occasion de la séance d'hommage au Professeur Janos Frühling et intitulée: «Du laboratoire des radio-isotopes à l'imagerie multimodale : les sept vies de la Médecine nucléaire»

 

 

DU LABORATOIRE DES RADIO-ISOTOPES À L’IMAGERIE MULTIMODALE, LES SEPT VIES DE LA MÉDECINE NUCLÉAIRE

par R. HUSTINX (C.H.U. – Liège), invité.       

 

La médecine nucléaire se définit comme l’utilisation des radio-isotopes, sous forme non scellée, à des fins diagnostiques ou thérapeutiques. Il s’agit d’une discipline jeune, l’Arrêté royal la reconnaissant comme discipline autonome ayant été publié en 1985. Le Professeur Frühling, que nous honorons aujourd’hui, a largement contribué à son éclosion en Belgique. On retrouve dans les travaux scientifiques du Pr Frühling et de ses collaborateurs des thèmes dont les progrès technologiques subséquents ont permis un développement d’un ampleur insoupçonnable au moment de leur publication. Sur le plan diagnostique, la corrélation entre l’imagerie structurelle et l’imagerie fonctionnelle est devenue  quotidienne et immédiate par l’introduction en routine clinique de machines combinant les deux approches, radiologique et isotopique. Le développement de la tomographie à positons combinée à la imagerie par résonance magnétique (PET-MR) laisse entrevoir des perspectives d’une ampleur qui reste difficile à appréhender. Sur le plan thérapeutique, le Pr Frühling s’est largement intéressé à l’étude de la biodistribution d'agents anticancéreux radiomarqués. A l’heure actuelle, on assiste à un développement sans précédent des techniques de radiothérapies internes sélectives, répondant à un principe de base largement similaire. En particulier, sous l’impulsion de ses successeurs à l’Institut Jules Bordet, la délivrance intra-artérielle de microsphères marquées à l’Yttrium-90, qui fait appel à une approche multidisciplinaire, utilisant l’imagerie multimodale et des techniques de dosimètrie en perfectionnement constant, constitue une nouvelle arme dans l’arsenal thérapeutique des tumeurs hépatiques, primitives ou secondaires. Dans cet exposé, nous tenterons de montrer comment les concepts de base qui sous-tendent la médecine nucléaire trouvent constamment de nouvelles applications, par le progrès technologique et l’échange interdisciplinaire.