Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Jean-Pierre Famaey

(Séance du 28 février 1981) 

ANTIMALARIQUES, PROSTAGLANDINNES et INFLAMMATION   

par Jean-Pierre FAMAEY (Service de Rhumatologie de l’Hôpital Universitaire St.-Pierre et Laboratoire de Pharmacologie de l’ULB), invité.

De nombreux antimalariques ont des propriétés antirhumatismales à des doses supérieures à celles utilisées pour traiter la malaria. Les 4-aminoquinoléines sont les plus utilisés (chloroquine, mépacrine, amodiaquine), en particulier la chloroquine, mais d’autres dérivés seraient aussi actifs (chloroguanide, primaquine). Les effets secondaires oculaires, les plus sérieux, sont exceptionnels si les doses optimales journalières de chloroquine sont respectées. Cette action antirhumatismale peut s’expliquer par une stabilisation des membranes biologiques (dont celles des lysosomes), une inhibition des activités lymphocytaires, macrophagiques et polynucléaires, une inhibition des réactions oxydatives mitochondriales, une interférence avec le métabolisme des acides nucléiques et les divisions cellulaires, une inhibition de la synthèse et surtout de l’action des prostaglandines (PG). Dans nos expériences personnelles sur iléon isolé de cobaye (1) la chloroquine, la quinine et la mépacrine inhibent non sélectivement tous les types de contraction, (2) la chloroguanide inhibe moins bien les contractions aux PG que les autres contractions, (3) l’amodiaquine a une activité qui semble apparentée à celle des PG, (4) la primaquine interfère avec les récepteurs histaminiques H1. Ces propriétés sont à mettre sans doute en relation avec certains effets secondaires.

SUMMARY

Several antimalarial drugs have antirheumatic properties but at higher dose than those used for treating malaria. The 4-aminoquinolines are the most used (chloroquine, mepacrine, amodiaquine) especially chloroquine but other compounds are also active (chloroguanide, primaquine). Ocular side-effects are very serious but exceptional if the optimal daily dosage is respected. This antirheumatic property may be explained by stabilization of biological including lysosomal membranes, inhibition of lymphocyte, macrophage and polynuclear functions, inhibition of mitochondrial oxidative reactions, interference with nucleic acids metabolism and cellular division, inhibition of prostaglandin (PG) synthesis but mainly of PG actions. In our experiments on the guinea-pig isolated ileum we have observed that (1) chloroquine, quinine and mepacrine non selectively inhibit all kinds of contractions, (2) chloroguanide exerts less inhibition on PG than on other contractions, (3) amodiaquine has similar effects than those observed with PG, (4) primaquine interfers with histamine H1 receptors. These properties might probably be related to some side-effects of these compounds.