Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Gustave Moonen

(Séance du 27 janvier 1990)  

PHYSIOPATHOLOGIE DE LA MORT NEURONALE ET DE LA GLIOSE       

par Gustave MOONEN (Service de Physiologie humaine et de Physiopathologie, Institut Léon Fredericq - ULg), invité.   

Considérée d’un point de vue neurobiologique, la stratégie thérapeutique à mettre en œuvre pour obtenir une restauration fonctionnelle optimale après lésion aiguë du système nerveux central comporte trois aspects : la prévention de la mort neuronale et des lésions axonales secondaires, la stimulation de la régénération neuronale et le remplacement neuronal par des greffes. 

Deux aspects de notre programme seront développés dans la présente lecture :

La physiopathologie de la mort neuronale secondaire : en particulier sera décrite une activité neuronotoxique d’origine astrogliale dont les caractéristiques actuellement connues sont compatibles avec un rôle dans la mort neuronale secondaire.  Ces données permettent d’entrevoir une nouvelle approche pharmacologique de la neuroprotection.

La physiopathologie de la gliose : nos travaux plaident en faveur d’un double contrôle par les neurones de la prolifération astrogliale : d’une part via la libération par les neurones normaux d’un facteur inhibiteur de cette prolifération (protéine de 17 Kd pour laquelle nous proposons au moins temporairement la dénomination astroslatine), d’autre part via la libération par les neurones lésés d’un ou de facteurs de croissance.