Académie royale de Médecine de Belgique

|

Rapport de la commission pour la nutrition, consacré à la commercialisation des préparations diététiques destinées aux jeunes enfants, dans les grandes surfaces

La commission pour la nutrition et l’environnement est composée de MM. A. De Vuyst, A.E. Lambert, P. Lefèbvre, H. Vis, A. Lafontaine et E. Cordiez, ainsi que de M. G. Verdonk (par cooptation).

Préambule : quatre catégories destinées aux nourrissons et aux jeunes enfants sont, en général, disponibles dans les grandes surfaces : des laits du premier âge, des laits de suite (à partir du 3e ou 4e mois de vie), des produits dits « hypo-allergéniques » (comme le lait de soja, par exemple) et enfin, des produits diététiques pour les enfants plus grands, tels les farines sans gluten pour les enfants cœliaques.

            Jusqu’il y a peu de temps, les aliments du premier âge et les laits de suite ainsi que les produits « hypo-allergéniques » étaient vendus exclusivement en pharmacie.

            En principe, la composition et la qualité de ces produits diététiques doivent répondre à certains critères définis par le législateur et/ou le codex alimentarius. Il existe à leur sujet des recommandations établies par des comités scientifiques internationaux de la CEE et de l’ESPGN (European society of pediatric Gastroenterology and Nutrition).

            La présence de ces aliments, pour nourrissons et très jeunes enfants, dans les grandes surfaces, n’a évidemment modifié en rien les obligations légales concernant la qualité alimentaire, l’hygiène et l’information.

            Malgré les obligations légales, une confusion subsiste dans la présentation des produits qui côtoient souvent d’autres substances destinées aux adultes. L’information du public n’est pas toujours adéquate.

            Le manque de rigueur existant dans ce domaine nous suggère de formuler les recommandations suivantes quant à la composition, la conservation et la commercialisation de ces aliments, destinés aux nourrissons et aux jeunes enfants, et vendus en dehors des pharmacies :

    1.   L’emballage portera une étiquette donnant la composition exacte du produit et sa durée de conservation ;

2.   La conservation se passera dans des vitrines ne comprenant que des aliments pour les enfants ;

3. La commercialisation se fera sous la responsabilité d’un(e) pharmacien(ne), indépendant(e) de la firme productrice. L’information au public reviendra à une personne compétente en matière d’alimentation, qui sera de préférence un (e) diététicien(ne).

Ce rapport, présenté par M. H. Vis, est adopté à l’unanimité.

 Séance du 27 avril 1991.