Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Raymond Limet

(Séance du 16 juillet  1994)

 

RÔLE DE LA CHIRURGIE CAROTIDIENNE DANS LA PREVENTION DE L’INFARCTUS CÉRÉBRAL  

par R. LIMET, Correspondant et Q. DESIRON, O. DETRY, E. CREEMERS, H. VAN DAMME (Service de Chirurgie cardiovasculaire – CHU du Sart Tilman de l’ULg), coll.   

Une part significative des accidents vasculaires cérébraux (AVC), transitoires ou définitifs, est due à des emboles artério-artérielles issues des laques carotidiennes.

La chirurgie de désobstruction carotidienne a pour but d’extraire les plaques emboligènes par une opération d’endartériectomie (avec ou sans angioplastie).

Les opposants du traitement chirurgical ont fait valoir deux objections principales :

1.  Les sténoses carotidiennes dont peu dangereuses car les thromboses définitives qu’elles finissent par créer sont efficacement contournées par le développement des collatérales ; le risque d’AVC important est donc faible ;

2.  Le risque faible et tardif n’est, par ailleurs, pas supérieur au risque immédiat de complications de la chirurgie carotidienne.

Ces objections ont été rencontrées par les études randomisées nord-américaines (Nascet et Vétérans), publiées en 1991 et 1993.  On y constate l’utilité de la correction chirurgicale, correctement effectuée, aussi bien pour les sténoses symptomatiques qu’asymptomatiques.

Les résultats précoces et tardifs de notre groupe sont présentés pour démontrer le caractère limité des complications immédiates et l’excellence du taux de perméabilité à long terme.