Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Ronald Kramp et Nathalie Caron

(Séance du 28 mai 1994)

LE FACTEUR AURICULAIRE NATRIURÉTIQUE ET L’HOMÉOSTASIE HYDRO-SODÉE : CONCEPTS ET PERSPECTIVES

par R. KRAMP et N. CARON (Service de Physiologie et de Pharmacologie – Faculté de Médecine de l’UCL), invités.

La découverte d’une activité endocrine du cœur en 1981 a permis de mieuxcomprendre la régulation du volume circulant effectif.  En effet, l’hormone sécrétée par les cellules auriculaires (ANF), sous l’impulsion d’une élévation soudaine de la précharge volumique du cœur, agit très rapidement sur le rein et sur le tonus vasomoteur.  Ainsi, son action tend, d’une part, à restaurer sans délai le volume circulant effectif en favorisant l’élimination rénale d’un surplus d’eau et de sel et, d’autre part, d’atténuer l’effet presseur dû à la surcharge liquidienne.  L’hormone intervient donc en urgence.  Par ailleurs, une régulation à long terme de l’équilibre hydrosodé s’exerçant par le biais d’une modulation de la natriurèse pourrait aussi être une propriété de l’ANF.  Enfin, son rôle dans diverses pathologies telles la décompensation cardiaque ou l’hypertension artérielle reste à préciser. Néanmoins, des perspectives thérapeutiques intéressantes sont envisagées à partir d’un processus d’inactivation inhabituel représenté par des récepteurs de clairance de l’ANF.