Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Robert Kiss

(Séance du  28 mars 1998)

UNE VOIE D’ÉTUDE EXPÉRIMENTALE PERMETTANT DE DÉMONTRER LA SENSIBILITÉ DE TUMEURS GLIALES A DES HORMONES DONT LA GASTRINE.  ESPOIR D’UNE NOUVELLE APPROCHE THÉRAPEUTIQUE    

par R. KISS (ULB), invité.

Les tumeurs astrocytaires humaines se développent au sein du parenchyme cérébral soit en restant confinées sur elles-mêmes, soit en diffusant au sein de ce parenchyme.  Cette diffusion est liée à la double capacité de certains types d’astrocytes tumoraux de posséder un taux de motilité très élevé et d’une capacité de sécréter diverses protéases en quantité importante.  Nos résultats montrent que certains peptides appartenant à la famille de la gastrine et de la cholécystokinine sont capables de moduler, de manière significative (voire très significative), le taux de croissance (incluant les taux de prolifération et de mort cellulaire), le taux de motilité et le taux d’invasion (lié au taux de sécrétion de certains types de protéases) dans divers modèles expérimentaux de tumeurs astrocytaires humaines.  Nous sommes en train de synthétiser des dérivés de cette famille de peptides à des fins thérapeutiques afin d’inhiber le taux de croissance, de motilité et de sécrétion de protéases de ces astrocytes motiles, de synthétiser des dérivés de cette famille de peptide à des fins thérapeutiques, fin d’inhiber le taux de croissance, de motilité et de sécrétion de protéases de ces astrocytes motiles.                                                                                                                                                                                   

____________________