Académie royale de Médecine de Belgique

|

Résumé Jean-Luc Balligand

(Séance du 30 septembre 2000)

LE RÉCEPTEUR β3 ADRÉNERGIQUE : RÔLE PHYSIOLOGIQUE ET APPLICATIONS THÉRAPEUTIQUES POTENTIELLES

par J.-L. BALLIGAND (UCL), invité.

La caractérisation en 1989 du gène du récepteur β3 adrénergique a permis d’interpréter les résultats d’expérience pharmacologiques sur les effets des catécholamines atypiques de l’activation classique des récepteurs b1 et b2 adrénergiques.  Chez le rongeur, le récepteur b3 adrénergique est exprimé en abondance dans le tissu adipeux blanc où l’énergie est stockée sous forme de triglycérides et dans le tissu brun spécialisé dans la thermogenèse.  Le traitement de ces animaux avec des agonistes b3 adrénergiques induit une perte de poids en relation avec la stimulation de la lipolyse dans les deux types de tissus.  Ces résultats ont conduit à proposer l’utilisation de ces agonistes dans le traitement de l’obésité et du diabète non insulino-dépendant chez l’homme.  Cependant, leur effet lipolytique négligeable dans le tissu adipeux humain et la découverte récente de récepteurs b3-adrénergiques fonctionnels dans le cœur humain posent de nouvelles questions sur l’utilisation thérapeutique d’agonistes b3-adrénergiques chez l’homme.

__________________